Qui sommes-nous ?

Vous êtes un particulier

Vous êtes aussi...

Je produis de l’électricité

Je produis de l’électricité

Electricité photovoltaïque ou éolienne

Avant de vous engager...
La cohérence veut que l’on s’attaque aux potentiels d’économie d’énergie avant de songer à produire de l’énergie renouvelable.
Vérifiez donc votre projet de rénovation thermique ou de construction pour vous assurer qu’il est le plus économe possible.
Les principaux postes de consommation d’un logement sont constitués des besoins thermiques (chauffage et ECS) : assurez les par des sources renouvelables (bois, solaire) ; cette substitution est plus intéressantes que d’ d’installer un système de production d’électricité renouvelable tout en maintenant vos besoins thermiques par des énergies fossiles ou de l’électricité ; prenez donc bien connaissance de nos conseils sur le chauffage et l’eau chaude sanitaire

Autoconsommation, autoproduction ?

L’autoconsommation désigne la part de production d’électricité qui est consommée sur place. Par exemple, un taux d’autoconsommation de 20 % signifie que l’on consomme 20 % de l’électricité que l’on produit. Le reste est soit perdu soit injecté sur le réseau public.
L’autoproduction désigne la part d’électricité qui est produite sur place par rapport à la consommation totale. Par exemple, un taux d’autoproduction de 10 % signifie que l’on produit 10 % de sa consommation électrique totale. Les 90 % restant sont fournis par le réseau.

Une installation classique ne permet en général que d’atteindre un taux d’autoconsommation de l’ordre de 20 %. On peut augmenter ce taux par des systèmes de stockage mais les batteries restent onéreuses et peu vertueuses d’un point de vue environnemental.
Une autre solution consiste à stocker l’énergie sous forme thermique, mais il est plus cohérent d’assurer le chauffage de l’eau directement par un système de chauffe-eau solaire, avec un bien meilleur rendement.

Le réseau électrique reste donc aujourd’hui le meilleur exutoire pour l’électricité excédentaire : d’un point de vue énergétique, l’électricité produite est consommée au point de consommation le plus proche (vos voisins), et ne doit être ni stockée ni perdue ; d’un point de vue financier, il existe une option de vente du surplus de l’électricité non autoconsommée, permettant une rentabilité correcte du système.

Le solaire photovoltaïque

Une installation photovoltaïque comporte :
- des capteurs (monocristallins, polycristallins ou amorphes)
- un onduleur
- un éventuel système de stockage avec sa régulation.
Le matériel doit être conforme à certaines normes. Vérifiez que ces normes sont bien respectées.

Elle implique :
- le raccordement au réseau,
- la déclaration au service de l’urbanisme de votre commune

Un contrat de raccordement est conclu avec le gestionnaire de réseau (ErDF).
Il est recommandé de souscrire à un contrat de vente du courant, sans lequel il est très difficile de rendre l’opération financièrement viable. Ce contrat est établi pour 20 ans.
Deux options sont possibles :
- vente totale : la totalité du courant produit est vendue à EDF OA (Obligation d’Achat) ou à un autre énergéticien, même si physiquement vous consommez le courant produit lorsque consommation et production coïncident.
- vente du surplus : vous ne vendez que l’électricité qui ne sera pas consommée sur place.
Faites vous conseiller pour estimer quelle option est la plus avantageuse pour vous.

Le petit éolien

Produire de l’électricité avec le vent est un principe attractif, mais les conditions que l’on peut trouver dans le domaine du grand éolien sont difficiles à reproduire à proximité d’habitations :
- le vent doit être fréquent et suffisamment fort (20km/h, ou 5,5m/s en moyenne annuelle)
- il doit être régulier, or la présence de bâtiments et de végétation crée des turbulences. Ces perturbations sont dommageables à la fois à la production, mais aussi au matériel, qui risque une usure prématurée.

Une déclaration en mairie est nécessaire dans tous les cas, ainsi qu’une convention d’exploitation auprès d’ErDF. Un permis de construire est nécessaire au-delà de 12 mètres de hauteur. Or on estime que pour produire efficacement, une éolienne doit être à au moins 20 à 25 mètres de hauteur.

Le courant produit par une éolienne doit être transformé par un onduleur, et éventuellement stocké sur batteries. L’aérogénérateur nécessite une maintenance régulière pour optimiser ses performances et ménager sa durée de vie.

Les éoliennes de pignon sont fortement déconseillées : très exposées aux turbulences, elles produisent peu et s’usent vite ; elles peuvent en outre générer des vibrations bruyantes, voire compromettre la solidité du bâtiment par les contraintes mécaniques qu’elles transmettent.

Recherche globale

logos partenaires