Qui sommes-nous ?

Vous êtes un particulier

Vous êtes aussi...

Je construis

La règlementation thermique

Depuis le 1er janvier 2013, toute construction neuve est soumise au respect de la RT 2012 : celle-ci fixe des consommations maximales et le recours à certains équipements qui doivent garantir des dépenses énergétiques réduites durant toute la vie du bâtiment.

La RT 2012 définit :

  • des exigences de résultats (Bbio, Cep, Tic), validées par un calcul thermique
  • des exigences de moyen obligeant à mettre en œuvre certaines solutions techniques

Le calcul thermique

Chaque nouveau bâtiment (ou extension, dans certaines conditions) doivent faire l’objet d’un calcul thermique dont les issues principales sont :

  • le Bbio : ce coefficient, exprimé en nombre de points, valide la conception bioclimatique du bâtiment. Entrent en ligne de compte dans ce calcul : la compacité, l’inertie* thermique, l’orientation et la disposition des baies, le niveau d’isolation de chaque paroi ;
  • le Cep (en kWh/m².an) : exprime la consommation conventionnelle (c’est à dire calculée selon des règles normalisées correspondant à des usages standard) annuelle par m² pour les cinq usages suivants : chauffage, climatisation, eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires
  • la Tic (en °C) : caractérise la température atteinte en période de forte chaleur. Sa limitation vise à réduire les phénomènes d’inconfort estival et à éviter le recours à la climatisation.

Ce calcul doit être exécuté selon le moteur de calcul officiel, donc en utilisant les logiciels agréés par le ministère.

L’étanchéité à l’air

L’étanchéité à l’air consiste à limiter les entrées d’air parasites qui pourraient compromettre fortement les performances attestées par le calcul. De plus, ces défauts d’étanchéité peuvent nuire à la durée de vie des isolants, ou d’autres éléments de la structure, en raison de phénomènes de condensation dans les parois.

Le bâtiment fini fera donc l’objet d’un test d’étanchéité à l’air, réalisé par porte soufflante : le bâtiment est mis en dépression et un taux de fuite est mesuré. Celui-ci doit se situer en dessous d’un certain seuil. Seuls des opérateurs agréés sont en mesure de réaliser ce test (voir "documentation")

Pour respecter ce test, plusieurs éléments doivent être réunis :

  • une bonne conception du bâtiment et de ses circuits techniques, limitant les percements ;
  • des équipements correctement mis en oeuvre (films d’étanchéité à l’air, joints, adhésifs et mastics spéciaux),
  • une très bonne coordination des différents intervenants du chantier : interfaces bien réalisées et préservation de l’intégrité des éléments mis en oeuvre par les autres corps de métiers (par exemple un chauffagiste ou un électricien ne devra pas percer la membrane d’étanchéité posée par le plaquiste, ou si cela était le cas, la réparer ou le signaler)

Le recours à une énergie renouvelable

La construction devra être dotée de l’un des systèmes suivants :

  • un chauffe-eau solaire (ou en dérogation, un chauffe-eau thermodynamique* ou une pompe à chaleur assurant la production de l’ECS en plus du chauffage)
  • une chaudière à micro-cogénération*, assurant la production d’électricité en même temps que la production de chaleur
  • un système solaire photovoltaïque ou une autre source d’énergie renouvelables (ex : chauffage au bois) assurant une production minimale de 5 kWh/m².an
  • le raccordement à un réseau de chaleur alimenté au moins à 50% par une énergie renouvelable

Les autres exigences

La construction devra respecter les principes suivants :

  • surface de vitrage au moins égale au 1/6 de la surface habitable (des aménagements de cette mesure existent dans certains cas ; consultez votre conseiller pour en savoir plus) ;
  • ponts thermiques limités ;
  • système ou clé de répartition permettant de différencier les consommations par usage
  • régulation automatique du chauffage par pièce, avec possibilité d’arrêt manuel.

Les démarches administratives

Une attestation de prise en compte de la RT, établie par le maître d’ouvrage, doit être déposée dans le dossier de permis de construire, incluant le Bbio et la surface des baies

Une attestation à l’achèvement des travaux, établie par un professionnel qualifié (contrôleur technique, architecte, diagnostiqueur DPE), sera jointe à la déclaration attestant l’achèvement et la conformité des travaux. Elle indique :

  • le récapitulatif standardisé de l’étude thermique
  • le rapport de mesure de perméabilité à l’air
  • la conformité des équipements et matériaux installés avec les éléments pris en compte dans l’étude thermique

Recherche globale

logos partenaires