Qui sommes-nous ?

Vous êtes un particulier

Vous êtes aussi...

Je me déplace

Mes déplacements au quotidien

Le choix du lieu de son habitation influe fortement sur les possibilités de déplacements autre que la voiture. (Voir les parties « je construis », « je rénove »)

La voiture reste le moyen de déplacement privilégié et peut s’avérer incontournable dans certains cas (travail de nuit, isolement géographique de l’habitation…).
Elle est perçue comme pratique et souple d’utilisation. Toutefois elle engendre des impacts souvent mal évalués tant d’un point de vue environnemental que sociétal ou économique.

Mais quelque soit sa situation et selon le type de déplacement à faire, des alternatives existent.

Attention : nous faisons ici le choix de ne traiter que les déplacements quotidien ou hebdomadaire. De fait, nous n’abordons pas les trajets de loisir longues distances (pour les vacances) ni les trajets professionnels.

Le train

Le TER permet de desservir des villes de taille moyenne distantes de quelques dizaines de kilomètres.
Des offres tarifaires attractives existent pour les trajets domicile/travail ou les étudiants.
De plus, des emplacements sont disponibles pour des vélos.

Le bus/ le tram/ le transport par cable

Nous pouvons distinguer deux types de bus :
-  Le bus urbains et le tram permettent de se déplacer dans une aire géographique limitée, généralement une agglomération.
Ils permettent d’éviter l’usage de la voiture sur des trajets souvent congestionnés par la présence massive de voitures. Les systèmes de transport par câble (téléphérique, funiculaire) permettent dans certaines configurations de franchir des obstacles avec une emprise au sol réduite.
-  Les autocars interurbains : ils permettent de relier divers communes entre elle, souvent au niveau départemental. Lorsqu’ils sont portés par le département ils proposent des tarifs très bas permettant à tous d’y accéder.

Covoiturage et auto partage

Pour des zones mal desservies ou pour des trajets type domicile travail à des horaires contraints, la voiture peut s’avérer le seul moyen de déplacement viable.
Toutefois, là aussi il est possible d’optimiser son usage.
-  Le covoiturage permet de partager les frais de déplacement pour un trajet commun à plusieurs personnes. De plus, les émissions de gaz à effet de serre en sont diminuées.
Un trajet par semaine en covoiturage c’est 20% de gaz à effet de serre en moins pour la voiture qui reste au garage. Il peut être organisé entre collègues mais il existe aussi des sites de mise en relation entre covoitureurs.
-  L’auto partage : nous n’avons pas tous besoin d’une voiture au même moment. L’auto partage consiste à mettre en commun un véhicule pour plusieurs personnes qui ont des usages différents.

Le vélo et la marche à pied

Pour les trajets de courtes distances le vélo et la marche à pied restent les moyens de déplacement les plus économiques et écologiques.
Ce ne sont pas leurs seuls avantages : activité physique à part entière, ils ont aussi un impact sur la santé. Par ailleurs, amener ses enfants à l’école en vélo ou à pied permet de développer leur autonomie, leur appréhension de l’espace et les rend plus attentifs…

Les impacts des déplacements

Les coûts directs de nos déplacements ne sont pas toujours bien évalués et sont souvent considérés comme des charges incompressibles. Pourtant l’usage de modes de déplacements alternatifs à la voiture peut générer des économies substantielles.
Le vélo coûte 10 fois moins cher que la voiture et il est même prévu que les employeurs puissent verser une indemnité aux salariés venant à vélo au travail.
Les abonnements aux transports en communs pour des trajets domicile/travail peuvent être partiellement pris en charge par notre employeur (à hauteur de 50%).

Il existe aussi de nombreux impacts indirects qui ne sont que très rarement pris en compte :

  • Les impacts environnementaux : pollution de l’air, impact des infrastructures sur les espaces naturels, bruit …
  • Les impacts économiques : construction et entretien des infrastructures (plus il y a de véhicules plus les infrastructures se dégradent vite), coût sanitaire lié à la pollution liée aux transports
  • Les impacts sociaux : stress de la conduite en circulation dense, précarité énergétique liée aux déplacements, dégradation de la santé

Zoom sur le vélo

Il est extrêmement rare de ne pas pouvoir utiliser le vélo pour certains déplacements, même si on habite une maison isolée en pleine campagne.
En effet, aller chercher son pain le week-end, se rendre à une activité sportive peut généralement se faire à vélo. Et faire du vélo n’a que des avantages :

  • C’est beaucoup moins couteux que la voiture. Que ce soit pour l’achat et l’entretien du véhicule mais aussi les coûts indirects : en effet, le vélo nécessite des largeurs de chaussées restreintes et les dégrade très peu ; sur un stationnement voiture il est possible de garer 10 vélos.
  • C’est une activité physique modérée qui permet d’améliorer la santé de ceux qui le pratiquent régulièrement (moins de surpoids, moins de maladie cardio-vasculaire). Ce sont alors des économies sur les frais de santé.
    Utiliser le vélo comme moyen de déplacement permet de faire du sport sans s’en rendre compte.
  • Enfin, le vélo n’est pas aussi dangereux qu’on le croit. Les cyclistes ne représentent que 5% des blessés de la route. C’est beaucoup moins que les deux roues motorisé. Il y a un effet de masse aussi : plus il y a de vélo qui circulent, plus les conducteurs de véhicules motorisés sont vigilants et donc l’accidentologie diminue.

Recherche globale

logos partenaires